jeudi 27 novembre 2014

Ever ready

KTM 250 EXC-F

Voilà un outil de première pour aller faire le goret dans les sous-bois.
Dis donc les copains !  C'est quand est-ce qu'on s'y remet ?!  ;-)   Hein  ?

mercredi 26 novembre 2014

Débraye !

Honda CB350 ... calé !


Pinaise ! comme c'était sympa cette montée historique du Mont Brouilly 2014 !

mardi 25 novembre 2014

Panda / Suz



Stéphane Morin, du Leyment Ô cycles, au guidon de son Suzuki 1100 GSX-F 1989 attelé Panda








Archives maison, montée de Bettant 2014



jeudi 20 novembre 2014

ROB

TRIUMPH ROB NORTH 750 Trident 1971, Eric Fontaine


Archives maison, CML 2014

Data acquisition, épisode 3

Dans les épisodes précédents (d'abord LA , puis ICI ) Florian Durieux nous explique comment il développe un système d'acquisition de données embarqué sur sa Honda 600 CBR.
Comme tu le sais Florian est un des animateurs du Championnat de France de la Montagne, et équiper sa moto d'un tel système va bien entendu lui apporter un nombre conséquent d'informations aptes à régler la moto et ... son pilote !

Jusqu'ici tu avais pu constater certains résultats bluffants, mis en lumière par quelques petits capteurs savamment installés sur la bécane (cf: la finale de Panissières)

Mon intérêt grandissant pour ces techniques m'a poussé à en savoir plus, d'autant que ce type de matériel arrive désormais de plus en plus dans le "grand public" (Ducati Panigale R, Yamaha R1 2015 ... entre autres)

Mais comment ça marche ?
Les réponses à cette question arrivent, sois tranquille !

Mais il va falloir un petit peu réviser.  En effet, il ne suffit pas de récupérer les signaux enregistrés par les capteurs situés sur la moto, il faut aussi savoir les traduire en quelque-chose de lisible, puis les interpréter. La digestion de ces infos fait appel à des modèles mathématiques, et à de l'informatique.
Sur ce point chez les Durieux, c'est une affaire de famille. Florian semble plutôt versé dans les maths, tandis que sont père s'occupe de l'informatique.

Justement, reprenons !


video


A ce stade, il faut rendre à César ce qui lui appartient. Florian est non seulement un technicien inspiré (et inspirant!) mais en plus son discours est clair et pédagogue. Je le laisse donc expliquer lui même le fonctionnement de son matériel (en jaune, ci dessous)
Tu trouveras également la légende détaillée de la petite vidéo ci-dessus.

Au fait !  pour mener à bien un tel projet il faut des points de comparaison, de quoi étalonner le système d'acquisition. 
Pour cela il faut des relations !  Notamment pour obtenir de véritables données exploitables. Si tu reconnais le tracé du circuit que dessine la moto  dans la vidéo, tu comprendras que Florian Durieux ne fait pas dans la demi-mesure !
Un indice en quatre lettres (je suis trop gentil) : WSBK ... héhé ...


" Pour rentrer plus en détail, la centrale inertielle (vue ci dessous) est localisée dans la tête de fourche de la moto, et orientée selon le système d'axes matérialisé sur la vue encore en dessous.
 







Les données utilisées pour générer la vidéo sont exclusivement la vitesse roue, et les signaux des 3 gyromètres et 3 accéléromètres. A partir des gyromètres et des accéléromètres, on calcule l'attitude de la moto, c'est à dire son orientation dans l'espace. Avec la vitesse de la roue, on calcule la distance parcourue entre deux points de mesures. Sur la vidéo, le champ de couleur représente directement la vitesse de la moto. La vitesse maxi est 305 km/h.




Ainsi en combinant attitude et déplacement, on retrace le parcours de la moto. Cela ne sert qu'à valider la précision du traitement. Je ne pensais pas que le biais de mesure serait si faible. De ce coté c'est plutôt une bonne nouvelle.

Pour le développement de la future acquisition, en plus de la centrale inertielle, nous avons prévu d'ajouter un GPS afin de pouvoir recaler plus précisément la localisation géographique de la moto. Ainsi, en croisant de nouveau les informations, il sera possible d'avoir le même type de tracé sans le biais qui fait dériver la trajectoire d'un tour sur l'autre.

Donc voilà. A l'heure actuelle, la gestion mathématique de la centrale inertielle est presque au point. Mon père à dores et déjà implémenté la centrale inertielle et le GPS.

Il ne restera plus qu'à essayer tout ça sur ma propre moto."


Il n'y a plus qu'à ! 

Ça parait drôlement simple non ? et pourtant ! je suis certain qu'il faut un peu plus qu'un "bon jus de cervelle" pour parvenir à ces résultats. 
Et encore, les premiers tests ne sont pas pour tout de suite. Il va falloir, pour valider tout ce travail et ces calculs, user quelques trains de pneus sur circuit avant d'attaquer sereinement le championnat !

Merci Florian ! 

A suivre  ;-)




Ps > malgré mes efforts, il semble que la vidéo ne soit pas très lisible. Il s'agit d'un problème de flux lié à la plate-forme blogger. J'en suis désolé !

dimanche 16 novembre 2014

Data acquisition, épisode 2

video


Voilà ce que peut produire un "motorcycle enthusiast" à la sauce compétition.

Il ne suffit pas d'en avoir l'esprit, mais bien aussi la volonté pour pousser un peu plus loin les limites de la préparation. 

C'est là qu'intervient de nouveau Florian Durieux, que je t'ai présenté ICI 

Voici en substance, la légende de la petite vidéo ci-dessus, par son auteur:

"Pour le moment, je développe le système de traitement numérique d'une centrale inertielle (accéléromètres+gyroscopes 6axes).
Voici une petite animation de l'analyse des signaux permettant de calculer l'angle d'attitude de la moto"


Non content d'utiliser sa CBR comme laboratoire roulant depuis quelques années, il prouve encore qu'avec un brin de connaissance, d'expérience et du travail d'équipe (il bosse là- dessus en famille !), il est possible de développer des techniques d'acquisition de données de façon abordable. 
Il y a même un côté ludique bien assumé dans tout ça ! 
Bien sûr, toutes ces techniques font le bonheur des team MotoGP depuis longtemps... mais le tour de force c'est tout de même de reproduire les mêmes résultats "à la maison".

Bravo et merci Florian ! Les amateurs de technique comme tous les passionnés se régalent.

A suivre !  ;-)


mercredi 12 novembre 2014

dimanche 9 novembre 2014

jeudi 6 novembre 2014

mercredi 5 novembre 2014

GAZ !

Joachim "Corbeau" Fernandes, Honda CB750 1972



Archives maison, Coligny 2014

mardi 4 novembre 2014

dimanche 2 novembre 2014

Des amis, du soleil, du ... moto-cross !

Je te propose de changer d'air.
Non pas de t'éloigner de notre centre d'intérêt, mais bien de le considérer sous un autre angle.
A force d'écrire, de suivre et photographier les motocyclistes de tous poils, j'en ai mis de côté une bonne partie. Pas par choix, mais par manque de connexions, de connaissance(s). Il aura fallu une invitation particulière pour que j'ose approcher la caste des "crosseux", les ceusses qui ne jurent que par les pneus à tétines et l'adrénaline procurée par les réceptions de sauts en aveugle...


KX250F 2015


Aujourd'hui 1er novembre, c'est un petit matin calme et brumeux qui nous a guidé, Mamy Transalp et moi, jusqu'au terrain de cross international de Tarare, dans le Rhône, tenu d'une main de maître par le moto-club "Baldago's" depuis 1936 !  
Messieurs Z et C, les piliers de l'enseigne Kawa Lyon accompagnés de leur fidèle Paulo, présentaient sur place la gamme Kawasaki off-road 2015.
A cette occasion tous les pilotes licenciés pouvaient venir profiter d'une journée de roulage avec leur propres montures, mais aussi et surtout essayer les nouveaux modèles de la marque verte. Et ils ne se sont pas fait prier !

KX 65, 85, KXF 250 et 450


Je dois reconnaitre que, tout comme la première fois où je me suis retrouvé sur un circuit de vitesse, ma première impression sur ce circuit dédié au moto-cross fut une sorte de nœud à l'estomac ! 
Et encore, je n'ai pas prévu -ni pu d'ailleurs- y rouler.  Les dénivelés, les montées et descentes vertigineuses sont simplement impressionnants. Tu peux sourire, je te l'accorde. Si tu es un habitué, je te pardonne. Si tu es comme moi, un néophyte, alors je te conseille vivement d'aller voir ...
Mon expérience d'enduriste modeste et adepte de"moto verte" voire bucolique, m'a permis de cerner la logique du pilotage offert aux spectateurs. 
Mais c'est bien tout ! la technique liée à la mécanique, les techniques de pilotage en fonction des différentes parties du circuit, les sauts ... quelle claque !

KX250F 2015

Il faut voir de près les motos malmenées par le terrain, la compression des amortisseurs, les roues qui dansent, les crampons qui mordent la terre ameublie par les passages répétés, la poussière et les projections lors des accélérations ... 
Les moteurs quatre temps qui grondent et jappent pendant que les deux temps hurlent dans les aigus !  Les travers, les dérobades, les yeux écarquillés des pilotes...

Le side-car cross : un truc de dingue !

Je suis bluffé. Bien sûr comme toi je regarde la télé, je vois très bien comment tout cela se déroule. Mais comme d'habitude faire partie de l'évènement et être au bord de la piste délivre une saveur particulière.
Et puis aujourd'hui n'était qu'une journée comme les autres réservée à des gens venus se faire plaisir, encouragés par une météo presque printanière ! Je n'ose imaginer une ambiance de course...
C'est sous le soleil que j'ai pu arpenter pour toi ce mythique circuit pour te faire partager quelques clichés qui, je l'espère, te donnerons une idée de l'ambiance rencontrée. 
Car de ce côté là, les crosseux n'ont rien à envier à leur homologues pistards !
Partage, franche camaraderie, éclats de rire et solidarité sont quelques unes des qualités communes aux pratiquants du tout terrain.
Ah ! mais quel plaisir !

Merci à tous !

Bon rétablissement à Kévin ;-) ... "quand ça passe pas, ça passe pas ! "  


Paulo, l'as du nettoyage haute pression  :-)



Side-car cross, propre... superbe !







ça à l'air simple comme ça ...



Commencer (très) jeune est plus simple : on ne connait pas la peur !



Des bébés huskys ? non ! deux bombinettes Husqvarna !






























Arthur sur sa KTM








KX 85 2015  Ce petit deux temps a une pêche ! c'est à peine croyable !