vendredi 21 juillet 2017

Indian Scout by Indian Lyon, Episode 3

Indian Scout by Indian Lyon - Le chopp'


Le chopper.
Évocation classique de la moto américaine transformée, le chopper - au départ une brêle rabaissée de l'arrière, dotée d'un angle de chasse très ouvert, d'où part une longue fourche surmontée d'un haut guidon -   représente, dans l'imagerie collective, la liberté ou l'idée que l'on s'en fait. En tous cas depuis que le film "Easy Rider" a popularisé le genre en 1969. C'est l'opposé du bobber, initialement allégé pour la vitesse...

Chez Indian Lyon, on ne pouvait pas passer à côté. De prime abord peu évidente, cette transfo sied particulièrement bien à la Scout. 
Devant l'expérience affirmée de Monsieur D, c'est cette fois Monsieur R qui a développé le projet dont la finalité s'expose ici.
Bien sûr, Monsieur S n'est pas loin, tout comme les acteurs habituels tel l'atelier de peinture Christal Composite,  dont tu auras remarqué la touche toute particulière.

Légère et efficace la prépa a consisté à modifier le garde boue arrière, remplacé à l'avantage d'un lèche roue du meilleur effet. La plaque d'immat' est désormais latérale. La selle est suspendue et provient d'un excellent catalogue, comme les échappements. Le guidon est le "ape-hanger" dispo au menu des accessoires de la marque. Ses extrémités arborent les superbes clignotants à leds, discrets et ultra-costauds. L'avant de la moto n'est pas en reste: le passage des câbles et durites de frein a été soigné, tout est correctement rangé. Le garde boue avant a été supprimé pour alléger visuellement la moto qui est campée sur une paire de pneus modernes répliques de pneu lignés des années 50.
L'effet global est très réussi. Le néo-rétro inspiré est au poil, j'adore !

Tu en veux une ?  >>  Contacte Monsieur D chez Indian Lyon ;-) 

Des photos ? Bah !
Enjoy !

Indian Scout by Indian Lyon - Le chopp'






Indian Scout by Indian Lyon - Le chopp'






Indian Scout by Indian Lyon - Le chopp'






Indian Scout by Indian Lyon - Le chopp'





Indian Scout by Indian Lyon - Le chopp'







Indian Scout by Indian Lyon - Le chopp'






Indian Scout by Indian Lyon - Le chopp'
 

mardi 18 juillet 2017

Indian Scout by Indian Lyon, Episode 2

Indian Scout 1200 by Indian Lyon - Philippe au guidon. Heureux homme !


J'en étais donc là, en train de photographier le racer extraordinaire que tu as aperçu ICI lorsque Philippe est arrivé. 
Pas n'importe comment ! Assis sur une superbe Indian Scout 1200 customisée avec un goût très sûr. 
Si sûr que Messieurs D et S ne pouvaient y être pour rien. 
Face à ces deux bécanes préparées, issues du même modèle, cela devenait évident. Un peu comme un expert en peinture classique identifie le coup de pinceau du maitre au premier coup d’œil.
Quoi ? c'est facile et téléphoné ? C'est un point de vue. (Je ne suis pas commissionné ;-) :-) ) Je dis qu'un coup d’œil assuré vaut aussi bien en peinture qu'en moto ! 


Indian Scout by Indian Lyon... Une paire ? attends le prochain épisode... ;-)


Car il faut se lancer, tant du côté du client que de celui du concessionnaire : la transformation d'une moto doit être cohérente, esthétique et fonctionnelle. Et je ne te parle pas des aspects légaux, incontournables, ni du prix de l'ensemble (ou d'un éventuel imprévu).
C'est là qu'encore une fois entre en jeu tout le talent de l'équipe menée par Monsieur D, qui permet d'accéder au desiderata du commanditaire en respectant un cahier des charges précis, travaillé et planifié.
Et l'on en revient au goût et à la confiance, clés de voute d'un tel projet.
Quel plaisir ! 
La moto de Philippe reprend les canons du genre bobber, avec une selle monoplace suspendue (issue du catalogue de la marque), un guidon "beach",  un arrière tronqué doté d'un lèche-roue laissant admirer un pneu aux flancs blancs de même dimensions que l'avant et le déport de la plaque d'immatriculation surmontée d'un feu led au cuvelage chromé. 
L'avant n'est pas en reste avec des soufflets de fourche encadrant un garde boue minimaliste maison. Un phare à leds va bientôt remplacer l'origine, pour coller à l'air du temps et à la ligne de la belle.
La peinture, d'un profond vert pailleté rehaussé de liserés dorés, et bien entendu signée Christal Composite.
Le bloc reste stock avec une admission réglée aux petits oignons, juste ce qu'il faut pour apporter le meilleur des ramages à la superbe ligne Vance & Hines noire. Cette dernière donne à cette Scout une allure de muscle bike néo-rétro.
Philippe se régale à son guidon, qui offre une position de conduite assez droite mais décontractée, un vrai "beach-bar" confortable et précis.

Voilà une bécane aussi belle à détailler qu'à rouler. Il faut donc à son propriétaire trouver une terrasse de café suffisamment loin pour pratiquer ces deux activités ... Héhé !

What else ?


Des photos? Avec plaisir !























Indian Scout by Indian Lyon - Un chouette bobber !























La ligne Vance & Hines ... superbe !




Le travail de peinture est des plus réussi ! > Christal Composite




Le travail de peinture est des plus réussi ! > Christal Composite






































vendredi 14 juillet 2017

Indian Scout by Indian Lyon, Episode 1.

 
Indian Scout by Indian Lyon

Carrément !
Des épisodes pour parler d'une brêle? Le Galipomètre défaille ? 
Tu penses... 
Comme tu le sais je suis toujours à l'affût de tout ce qui se rapporte à la moto en général, et aux prépas de bon goût en particulier.
A propos de goût, en voilà un que l'on ne présente plus : Monsieur D.
Oh oui, tu le connais. Il y a quelques temps que nous ne nous étions pas vu (pour d'obscures raisons professionnelles) et lorsque mon mobile a vibré l'autre nuit vers deux heures du matin, c'était pour y lire un message de sa part : "tu serais ok pour prendre la dernière prépa en photos?".
Bah voyons !
Le lendemain matin, ni une, ni deux (pas plus). Je saute sur Mamy ZRX et me voilà à pied d’œuvre, à la concession Indian.
Il faut tout de même que je te remette dans le contexte.
La marque Indian a repris vie il y a quelques années, en 2004 aux USA. Elle s'était éteinte en 1953 après plus de cinquante ans de règne sur le marché moto international.
Importée depuis 2014 chez nous sous l'égide du groupe Polaris, Indian produit des modèles reprenant les patronymes des modèles mythiques qui ont fait sa renommée de par le monde: Chief et Scout pour les plus connus.
C'est cette dernière qui m'amène.
La Scout est aujourd'hui déclinée autour de deux motorisations: 1200cm3 (maintes fois présentée dans ces colonnes) et 1000cm3 "sixty" notamment testée par mes soins: Clique ICI
Elle se prête merveilleusement à la personnalisation. Et heureusement d'ailleurs.
Pourquoi "heureusement"? Parce-que je pense que de nos jours il faut pouvoir sortir du lot pour finalement retrouver le plaisir de rouler différent. Par chance la Scout jouit d'un catalogue d'options et d'accessoires très actuels surfant sur la vague de la personnalisation, justement. Très "cuir et vintage" cette gamme ne permet toutefois pas de se démarquer des choix habituels du monde custom popularisé par "l'autre marque" américaine.
Bon. Que faire ?
C'est là qu'intervient Monsieur D et son équipe.
Réaliser la machine de tes rêves à partir d'une Indian moderne et de série est pour eux un défi quotidien.
Pour le relever, à la manière de Jim Phelps, Monsieur D reçoit un télégramme (qui ne manquera pas de s'autodétruire) de la part de clients susceptibles de porter un projet autour de leur chère bécane.
Ni une, ni deux (pas plus) Monsieur D phosphore, avec l'appui de Monsieur R et de l'inénarrable Monsieur S dont les énormes paluches frémissent rien qu'à l'idée de meuler ou de souder (il en dort à peine).
La bande propose, puis le client dispose. Pour étayer ses arguments l'équipe s'entoure des meilleurs faiseurs et fournisseurs, y compris les locaux incontournables : Christal Composite (avec un "i") pour les peintures, et Beringer Brakes pour les freins.
A partir de là deux atouts majeurs entrent en jeu : le goût et la confiance.
Le goût d'une part, car tu ne repartiras de la concession qu'en ayant validé les accords du plumage (les mets et les vins, en quelque sorte) avec ce qu'il se fait de tendance (et de présentable, pour être poli)
La confiance d'autre part, pour une modification, un montage et une finition exemplaire.
Voilà. 
Ce n'est pas rien. Oui, c'est une équipe dont l'engagement frôle le burn-out, et pas que sur le parking, pour satisfaire ses clients.

Indian Scout by Indian Lyon

Ainsi donc me voilà à pied d’œuvre cet autre matin pour photographier une des prépas issue du cerveau et des mains de la team.
Cette petite merveille n'est autre que celle qui a remporté le premier prix de la "Battle Indian Scout 2017", lors de la "Punta Bagna 2017".
Modifiée pour reprendre les canons du café racer, elle offre des prestations dynamiques proches d'un gros roadster velu et bien tapé.
Posée sur une paire de jantes Kinéo sur mesure en 17", elle est chaussée de pneus sport (Michelin Pilot Power...miam !) et sa suspension arrière (sur mesure itou) est confiée à EMC. 
Cela devrait déjà te glisser une grosse puce à l'oreille ! 
La suite est délicieusement travaillée à l'aide de touches ou de références classiques et efficaces : un freinage Beringer arborant une gravure au laser du meilleur effet, une boucle arrière redessinée supportant une selle mono place à dosseret également modifiée (élargie et raccourcie) garnie par Moillo. 
Le guidon est à cintre plat pour équilibrer une position de conduite, un poil sur l'avant, suggérée par la délocalisation des repose-pieds et de leur commandes à l'aplomb de l'axe du bras oscillant. 
Un superbe phare à leds trône au dessus du garde-boue avant maison, pour illuminer des trajectoires nocturnes (des runs?).
Le moteur reste stock, avec néanmoins une admission travaillée et une ligne d'échappement TBR aux grondements diaboliques.
Ouf quel souffle !
Et la peinture ? Christal Composite évidemment ! Noir et doré, des filets finement tracés assortis de lettrages léchés...   La classe !
Ah ! Je pourrais t'en parler des plombes...
Mais voilà : dans le titre tu as bien lu "épisode 1". 
En effet pendant que j'y étais j'ai eu la surprise de croiser deux autres de ces merveilles. Elles feront donc l'objet d'un exposé à suivre ;-) :-) 
(un grand merci à Benjamin et son BMW K16 de m'avoir emmené pour réaliser les photos "en action")

Enjoy !


Indian Scout by Indian Lyon




Indian Scout by Indian Lyon, Disque et étrier six pistons Beringer





Indian Scout by Indian Lyon, la boucle arrière maison et la selle modifiée




Indian Scout by Indian Lyon... c'est marqué dessus ! (gravure laser Beringer)




Indian Scout by Indian Lyon, la jante Kineo et derrière l'étrier six pistons made in Beaujolais






Indian Scout by Indian Lyon




Indian Scout by Indian Lyon, la ligne TBR




Indian Scout by Indian Lyon





Indian Scout by Indian Lyon, Monsieur D en démo !




Indian Scout by Indian Lyon, Monsieur D en démo ! (non, il n'a pas de ventre : ce sont ses clés et son téléphone qui provoquent cette bosse. Ceci est un communiqué officiel !)




Indian Scout by Indian Lyon

samedi 8 juillet 2017

La clim' ;-)




40 degrés.
Toi aussi tu as remarqué? C'est insupportable. Alors s'équiper pour faire un tour de moto ne parait pas une bonne idée.
Rester à la maison, calfeutré, climatisé ou non mais sérieusement ventilé semblait sensé.
Pourtant cet après midi mon fils et moi avons mis nos blousons, nos bottes et tout ce qu'il faut pour prendre la route. 
Direction la fraicheur. Le but ? Aller nous baigner tiens !
Pour cela quand on habite une zone urbaine telle que la région lyonnaise, on a presque l'embarras du choix. Oui, j'assume mes propos et je t'invite à tracer un cercle sur la carte dont la Capitale des Gaules est le centre. Ce cercle n'ira pas au delà de 40 kilomètres et te permettra de découvrir une foultitude de points d'eau et de spots de balade rafraichissants, tant à moto qu'à pied d'ailleurs.
Nous avons choisi de nous diriger vers la plaine de l'Ain, histoire de nous tremper dans la rivière qui lui a donné son nom.
Pour cela le choix de la monture s'est porté sur Mamy Transalp et son top case (pour ranger serviette et crème solaire), outil idéal pour musarder à deux sur les routes départementales, communales et pour finir sur de petits chemins qui longent la rivière. Des chemins roulants  bien secs ces jours-ci, souvent étroits avec un je ne sais quoi "d'endurisant" par moment. Youpi !
Sous les ombrages nous avons roulé jusqu'au bord de l'eau. Plouf !
Rien de tel que de prendre le frais et de faire le zouave dans l'onde avec son fiston.

Quoi? Bien sûr que nous y retournerons !

















 

jeudi 6 juillet 2017

Brochette

Les MV Agusta de Grand Prix de la collection Elly



Archives maison, CML 2017

vendredi 30 juin 2017

Il Piccolo San Bernardo

La descente du Col du Petit Saint Bernard, côté France.


Improviser une virée, c'est ma spécialité (entre autres !) 
Quand Ben m'a dit "tiens, t'as pas une idée de sortie pour demain?" Je lui ai répondu que si, justement.
Alors bon, tu me diras qu'il faut encore être dispo, qu'il fasse beau (parce-que chanter sous la pluie d'accord, mais rouler à moto dans l'eau on s'en passe) que les motos soient au point et enfin que l'itinéraire soit un tant soit peu intéressant.
Il est curieux de constater que réunir tous ces points n'est jamais un problème pour tout motard qui se respecte.
Une fois encore, nous y sommes parvenu. Jusqu'à soigneusement et avec talent, il faut le dire, réussir à éviter les différents orages de saison qui ont eu le bon goût de déverser leurs trombes juste avant notre passage. Les routes n'en ont été que plus belles, bien propres quoique parfois luisantes, mais toujours impeccables. A peine dois-je souligner quelques centaines de mètre de gravillons traversés avec la dextérité de routards expérimentés.
Mais bon sang de bois va-t-il nous dire où ils sont allés rouler?!
J'arrive ! 
J'ai dans ma musette des tas de road-books, des itinéraires de derrière les fagots. Certains testés et approuvés. Voire même éprouvés. D'autres à revoir ou à peaufiner.
C'est un mélange des deux que j'ai proposé à Ben, histoire de lui faire découvrir encore un peu plus notre superbe région Auvergne Rhône Alpes.
Donc, le but de notre journée : franchir la barrière alpine pour aller déjeuner chez nos voisins italiens.
Départ à 8 heures de la Capitale des Gaules, bon pied bon oeil. 
Ben au guidon de son BMW K1600GT et ma pomme à dos de Mamy ZRX.
Une fois n'est pas coutume, j'ai décidé d'une liaison autoroutière histoire de nous mettre à pied d’œuvre sans trop tarder. 
C'est donc directement à Albertville que nous avons quitté le grand ruban. Je te passe les détails, les remous dans le casque, le café machine à mi chemin. Je pourrais te passer aussi le fait que mon inénarrable collègue roulait quant-à lui avec la radio, les amortisseurs sur "confort", la bulle relevée et le régulateur... Autrefois j'aurais traité avec dédain ce comportement ô combien déplacé à moto. Mais de nos jours j'avoue humblement que je ne trouve plus grand chose à dire. D'autant que le six en ligne bavarois est extraordinaire d'efficacité.
Quoi?! Je vieillis ? Sans commentaires !

Bourg Saint Maurice


Arrivés au pied de la montagne, nous sommes restés en fond de la vallée pour suivre l'Isère et la N90 jusqu'à Bourg Saint Maurice.
Puis nous avons entamé la montée vers le Col du Petit Saint Bernard via la D1090. Cette route devient la Strada Statale 26 dès que tu franchis le col, à 2188m d'altitude, pour passer en Italie. 
Inutile de préciser que l'enchainement des virages, des épingles, des changements de revêtements, des montées ardues, des descentes vertigineuses est à même de saturer le plus blasé d'entre nous. Mais nous ne nous sommes pas laissé impressionner.
Pifs, puis pafs, trajectoires soignées, contrebraquages appuyés, relances musclées entrecoupées d'un "musardage" paysager... Le pied !
Nous avons roulé jusqu'à Courmayeur, en "Valle d'Aosta", pour nous restaurer.
Les estomacs calés (ou à peu près!) nous avons salué la pasticcera et repris la SS26 direction le "Colle del Piccolo Bernardo.
Objectif: retour sur Bourg Saint Maurice pour bifurquer par la D902 et le Cormet de Roselend. Pour moi il s'agit d'un incontournable. La montée depuis le fond de la vallée est un enchantement. 
Les premiers kilomètres se font dans une alternance de frondaisons  et de petits prés verdoyants. Quelques jolies maisonnettes de pierres sèches parsèment ce parcours, à peine visibles. 
Gagnant de l'altitude, les abords de la route se dégagent, la végétation s'abaisse au profit du paysage majestueux offert par les montagnes alentours. Les Grandes Aiguilles, la Pointe de la Terrasse ou la Clavettaz contrôlent ce passage et ne peuvent laisser de marbre. De nombreux ruisseaux creusent leurs flancs et se ramifient en torrents. De petites chutes d'eau sont visibles un peu partout. De loin, elles scintillent et illuminent les alpages. C'est un ravissement. En suivant des yeux leurs cours en amont, on aperçoit les névés et plus haut les glaciers qui en sont à l'origine. Superbe !
Voilà pourquoi il faut passer par là en moto. En prise avec les éléments, au grand air, on respire à plein poumons cette ambiance montagnarde. Les foins coupés, les odeurs florales, mais aussi le bruit des clarines. 
Un petit arrêt au passage du Cormet, puis c'est la descente vers Beaufort et sa fruitière. Ne t'y trompes pas: c'est le lieu où on élève le fromage du même nom, où on l'affine. Cela aussi est incontournable. Après avoir acquis une bonne tranche de cette spécialité locale, nous avons poursuivi notre route (la D925) en direction d'Albertville.
La boucle est bouclée !

Si notre périple du jour avoisine les 600km, il faut leur retirer les 200 d'autoroute (aller retour) qui nous ont permis de profiter de ce parcours montagneux. Prendre en compte un départ de Lyon vers 8h pour un retour aux alentours de 18h30.
Le passage en Italie est délicieusement exotique, surtout réalisé à la journée et propose, par l'itinéraire emprunté, des routes globalement bonnes. On peut tout de même parfois trouver des tronçons abimés par l'hiver ou très bosselés, sans que cela soit véritablement problématique. Il conviendra également de rester attentif pour éviter les cailloux plus ou moins gros qui jonchent parfois la chaussée au pied de falaises.
La BMW de Ben est épatante d'agilité dans ce contexte. Et quel souffle ! Le coffre de son moteur est impressionnant. Mamy ZRX n'a pas démérité et a su me tracter de manière enjouée tout au long de cette superbe journée. 
Bien sûr, les trail-bikes sont le modèle ultime pour arpenter ces routes. Les nombreuses Africa Twin, BMW GS ou KTM Adventures croisées ce jour l'illustrent parfaitement. Prétexter de rouler en roadster ou GT pour ne pas y aller n'est pas une excuse !
Je t'encourage donc vivement à aller t'y promener.

Ah mais quel plaisir ! :-)


Mamy ZRX se planque dans les massifs. Oui, mais lesquels?





Ben trajecte soigneusement




Je préfère le porte carte pour ranger... la carte !





Les coulisses du Galipomètre : pas toujours facile de prendre des photos... Oui je sais, ya plus simple (!) Mais c'est moins drôle.




Il Piccolo San Bernardo

mardi 27 juin 2017