jeudi 16 septembre 2021

lundi 2 août 2021

Viron estival

Forteresse de Crozant, dans la Creuse

 

Un p'tit tour dans le Haut Limousin ? Bien sûr !

La Creuse est incontournable pour ses beau site et ses routes sinueuses à souhait. Le comble pour un mois de juillet (début août) ? Il n'y a pas grand monde... Et pourtant, quelles beautés !

jeudi 21 janvier 2021

Bobber Harley Davidson 750 WLA

Bobber Harley Davidson 750 WLA
 
Rachid est ce que l'on appelle communément un "motorcycle enthusiast" dans le jargon convenu de la chose à deux roues motorisée. Il y a longtemps que l'on m'avait parlé de lui et de ses motos, sans que je puisse le rencontrer. Les passionnés sont parfois timides ou n'aiment pas forcément la publicité ! 
De temps à autre on croise une machine à l'entretien quelque part et, comme la trace laissée par une chimère, on pense reconnaitre un style, une patte. 
Dans ce cas rien d'ostentatoire, la dernière machine qui m'avait mis la puce à l'oreille était une superbe Moto Guzzi V7 Special de la fin des années 70 " état concours" entr'aperçue chez Apro Racer à Irigny. 
C'est comme cela que j'avais pu détecter, au fil de mes visites dans différents ateliers de la Capitale des Gaules, la présence du bonhomme définitivement pas facile d'accès. 
En revanche ses motos ne passent pas inaperçues. Toujours choisies avec soin, reprenant au possible les canons de la mode ou de l'histoire technique et mécanique, elles sont toujours particulières et attirent le regard. 
Celle qui t'es donnée d'observer ici ne fait pas exception puisqu'il s'agit d'un mix de différentes machines, un custom extrêmement précis et ajusté, saupoudré de références à l'industrie moto américaine. 
Notre ami n'en est pas à l'origine pourtant. Sa seule contribution, outre le fait d'avoir mis la main au portefeuille, c'est d'être tombé amoureux de cette machine animée par une mécanique chargée d'histoire.  Pourquoi pas ?

Il faut prendre le temps de détailler la bête. C'est un ensemble construit en 2016, composé de choix techniques et esthétiques qui ont conduit à la création puis à l'évolution de ce bobber siglé Harley Davidson.
 
Bobber Harley Davidson 750 WLA - Ligne intemporelle !

 
 
D'abord son cœur. Il s'agit d'un "tête plate" (flat head) de 750 (739) cm3. Produit de 1937 à 1952, ce bicylindre appartient à la famille WL "A" pour "army" et a probablement débarqué chez nous quelque part en Normandie à la fin de la seconde guerre mondiale. 
Le twin, reconditionné à neuf, est alimenté par un carburateur Linkert d'époque, une pièce de collection à lui tout seul ! Il a ensuite été associé à une boite à quatre rapports de 1200 UL elle aussi révisée, via une transmission primaire "shovelhead" à chaine. Le circuit électrique a été refait et fiabilisé (6v). 
La commande d'embrayage a été conservée au pied. Il s'agit donc d'un "suicide clutch" (embrayage suicide !  Bien nommé car pour changer de rapport il faut lâcher le guidon, empoigner le levier de vitesses, débrayer à l'aide du pied gauche, passer le rapport à la main, embrayer au pied puis reprendre le guidon. Ouf !) 
 
Bobber Harley Davidson 750 WLA - Le moteur

 
 
Bobber Harley Davidson 750 WLA - Levier de vitesses


Le moteur et sa boite ont ensuite été montés dans un cadre moderne Paughco spécialement prévu pour recevoir le WL.
Cette partie cycle moderne est un parti pris du préparateur :  la tenue de route et la sécurité ont été privilégiées.
La roues de 16" chaussées de pneus modernes reprenant un look d'autrefois (Firestone) sont montées à l'avant dans une fourche springer modifiée, alors que l'arrière est montée dans le cadre rigide. Le freinage provient de chez Brembo : des étriers et des disques performants équipent la belle.
 
Ne restait plus qu'à habiller l'ensemble. Le réservoir provient d'un Fat Bob et contient 16 litres de carburant. Il est équipé d'une console inox moderne comportant le bloc compteur. Les gardes boues tôle se rapprochent du look d'origine et ont été travaillés pour coller à la ligne de la bécane. La selle est une réalisation personnalisée en cuir reprenant le logo d'une célèbre marque de bourbon américaine ;-) 
Une foule de détails achève l'ensemble, tel le guidon "beach bar", les nombreux éléments en laiton comme le feu arrière, les poignées de guidon ou même le pommeau du levier de vitesse.
Epatant ! Ce bobber a même reçu les honneurs de la presse en 2016, dans sa première version (Freeway n°297).

Bobber Harley Davidson 750 WLA



Cette moto ne peut pas laisser de marbre. J'en veux pour preuve la séance photo menée au bord du Rhône  à l'automne dernier et qui s'est peu à peu transformée en séance de questions réponses avec de sympathiques papys qui ont connu ce genre de motos dans leurs jeunes années... Marrant !
 
Cette préparation vraiment réussie flatte la rétine et offre une prestation routière des plus agréables. Homogène et équilibrée, c'est un plaisir que de cruiser à son guidon. Rachid ne s'en prive pas : dès lors que le bon rapport est engagé (ouf!), il profite de la surprenante souplesse proposée par la mécanique. Elle est dotée par ailleurs d'une belle allonge, propice à la balade tranquille et... stylée !
 
L'adage se vérifie donc : "ce sont dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupe ! "

Bobber Harley Davidson 750 WLA




Bobber Harley Davidson 750 WLA - A gauche la pédale d'embrayage, au milieu le carbu Linkert et son filtre à essence (bol en verre) à droite.



Bobber Harley Davidson 750 WLA



Bobber Harley Davidson 750 WLA - Réservoir d'huile et kick starter



Bobber Harley Davidson 750 WLA - fourche springer



Bobber Harley Davidson 750 WLA - "silencieux" maison !



Bobber Harley Davidson 750 WLA - Beach bar !



Bobber Harley Davidson 750 WLA



Bobber Harley Davidson 750 WLA



Bobber Harley Davidson 750 WLA  



Bobber Harley Davidson 750 WLA



Bobber Harley Davidson 750 WLA




Bobber Harley Davidson 750 WLA - Heureux propriétaire !

jeudi 31 décembre 2020

Meilleurs voeux !


 

Comment te présenter mes voeux pour cette nouvelle année avec tout ce que nous venons de traverser ? Un virus, pas d’évènements motos,  des sorties et balades difficiles ... Bref !

On aurait le droit d'être pessimiste. Ce serait mal me connaitre !

Alors je te souhaite vraiment et sincèrement le meilleur pour cette nouvelle année. Qu'elle soit généreuse, charnue, remplie de motos et de virées, d'amitié, de partage et peut-être aussi d'espoir. Un vraie belle année pleine de bonheur. Mais n'oublie pas : dès que tu peux, enfourche ton destrier et empile les bornes ou les tours de circuits, peu importe. Roule ! L'horizon en ligne de mire et gaz !


mardi 29 décembre 2020

Un Relais Motards ? Hôtel Restaurant Le Mont Brouilly

 Il y a quelques temps j'ai pu écrire un article qui vient de paraitre dans "Le Journal des Motards"  (N°127 janvier/février 2021) pour permettre à Karine, Fred et leur hôtel restaurant, de gagner un peu en visibilité.

C'est avec plaisir que je le partage ici avec toi, en augmentant le sujet des photos qui n'ont pas été retenues pour le support papier. Le Journal des Motards est une publication que je ne connaissais pas ou très peu jusqu'à récemment. Je dois dire que le concept est vraiment chouette puisque le contenu est constitué d'articles envoyés par toute personne souhaitant partager des essais, des récit de virées et toutes ces sortes de choses. En tout cas l'accueil de Carole, la secrétaire de rédaction, a été des plus sympathiques. Peut-être que j'y renverrai d'autres articles. En tous les cas cette expérience est intéressante. Si cela te tente et que as besoin d'un coup de main pour ça n'hésite pas, fais moi signe ;-) 

Hôtel Restaurant Le Mont Brouilly - 139 impasse des 4 vents 69162 Quincié-En-Beaujolais. https://www.hotelbrouilly.com/fr



Le Journal des Motards N°127 janvier Février 2021



Le Journal des Motards N°127 janvier Février 2021 - p47 ;-)


Découverte : Hôtel restaurant Le Mont Brouilly, à Quincié-en-Beaujolais.

Rouler à moto dans le Beaujolais… qui a dit jusqu’à plus soif ?

Certainement pas le motard de passage, qu’il soit du coin ou en road trip ! Si la modération s’impose lorsqu’il s’agit du précieux breuvage, la surdose de routes à virages est possible si l’on n’y prend pas garde. Que reste-t-il alors, sinon trouver un lieu pour se reposer, reprendre des forces et permettre à la mécanique de refroidir ?

Rien. C’est comme cela que j’ai découvert l’Hôtel Restaurant du Mont Brouilly.

Sur la commune de Quincié-en-Beaujolais, juste au pied du Mont Brouilly, l’hôtel est lové dans un repli de terrain, au milieu des vignes.

Y arriver au terme d’une journée de découverte de la région ou simplement pour déjeuner le midi revient à mettre pied à terre dans une oasis. De prime abord rien ne laisse deviner à quel point le passionné de la chose mécanique sera touché. Pourtant, dès la porte franchie une surprise l’attend : à l’accueil se trouve une boite de miniature Majorette à l’échelle 1. Oui, grandeur nature ! Elle contient une Honda 500 four de 1971 préparée à la sauce Daytona, avec laquelle on se voit bien jouer !

Le décor est planté. Karine et Fred, les propriétaires, ont la passion moto chevillée au corps. Et pas seulement. Ce duo à la ville forme un redoutable équipage de side-car en course de côtes, et écumes les évènements locaux avec une bonne humeur communicative. La précision de leurs trajectoires se retrouve dans la justesse de la cuisine gourmande prodiguée par Karine et son équipe, pendant que Fred assure de son côté le bien être des machines stationnées dans le garage de l’hôtel-restaurant. Quel bonheur de profiter ainsi du gîte et du couvert en sachant que ma moto est bien à l’abri !

Comme si cela ne suffisait pas, entrer dans la salle de restaurant offre au motard que je suis un second choc. Là, au milieu des tables, sont exposées plusieurs machines. L’espace est organisé autour d’une Kawasaki 1000 Godier Genoud, le fameux « 1000 GG » de 1982. On trouve un peu plus loin une Monet-Goyon 100cm3 de 1932 façon « sortie de grange ». Une autre Honda 500 four, d’origine cette fois, prend la pose sur un présentoir, en face d’une Kawasaki KZ400J de 1980 dans son jus.

Déjeuner ou dîner dans ce lieu offre assurément  une ambiance atypique, même si l’on n’est pas sensible à la cause motarde. C’est étonnant et très agréable. De plus la carte variée fait la part belle à la cuisine du terroir, à la limite du lyonnais au Sud et du mâconnais au Nord. Une savoureuse compétition règne entre les œufs en meurette et les quenelles gratinées… Ah !  Et que dire de la cave ? Sans aucun doute à la hauteur du vignoble local.

La fatigue peut me gagner : une des vingt-neuf chambres de l’établissement saura douillettement m’accueillir. Je pourrai alors repartir du bon pied, en profitant des conseils techniques de Fred.

Car comme si cela ne suffisait pas, Fred est bien plus qu’un hôtelier. Il est un mécanicien hors pair spécialisé dans l’entretien, la réparation et la restauration de véhicules d’exception. Peu importe le nombre de roues ! La visite de son atelier est un véritable moment de passion partagée avec ce féru de sports mécaniques qui a fait sa carrière dans la préparation et l’optimisation de moteurs destinés à la compétition. Il se consacre aujourd’hui à une clientèle triée sur le volet, et avec plaisir aux machines des clients de l’Hôtel si nécessaire.

Voilà un concept intéressant et particulier : un moto-club ou un club automobile, un road-trip en bande organisée ou encore un rassemblement de véhicules de tous types peut être envisagé à l’Hôtel Restaurant du Mont Brouilly. Ce lieu accueille régulièrement avec sérénité des évènements de cette nature grâce au grand parking, aux espaces verts aménagés et bénéficiant de l’appui technique de l’atelier de Fred. Les pilotes peuvent à loisir profiter pleinement du cadre, de la cuisine et même de la piscine !

Je ne saurais trop le conseiller. On finit par quitter le lieu pour reprendre la route, avec la conviction d’avoir coché une case « incontournable » dans le GPS, un endroit agréable, sympathique et accueillant vers lequel revenir pour mieux découvrir le Beaujolais. Un plaisir !

 

Hôtel Restaurant le Mont Brouilly - l'accueil et sa "boite Majorette grandeur nature"



Hôtel Restaurant le Mont Brouilly




Hôtel Restaurant le Mont Brouilly - La salle de restaurant




Hôtel Restaurant le Mont Brouilly




Hôtel Restaurant le Mont Brouilly




Hôtel Restaurant le Mont Brouilly




Fred Dargaud Vintage - ce sont aussi des voitures !




Fred Dargaud Vintage - Kawasaki 400 S3 en cours de restauration



Fred Dargaud Vintage - Kawasaki 400 S3




Fred Dargaud Vintage - La Tobec' attelée de Fred








mardi 22 décembre 2020

4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team Portfolio

 Je sais, il y a longtemps que je ne suis pas intervenu par ici. 

Et pourtant ! ce n'est pas l'envie qui manque. Juste le temps. Voilà en guise de hors d’œuvre, pour voir venir cette fin d'année (enfin !), un recueil de clichés pris lors des dernières "4 heures de Villeurbanne" en octobre dernier. C'est une course d'endurance réservée à la catégorie "25 power". Organisation débrouillée et "décontractude" sont de rigueur !

Bien sûr, tu en as déjà entendu parler : clique ICI

Enjoy !

4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Adrien !

 


4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Gabin !



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Gab1



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Al dente on a dit !



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Guillaume !



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Thomas !



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - un coup de mou ?



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Vincent !



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Relais



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Chrono



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Un air de famille ? ;-)



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Ah bah là c'est pas al dente... :-)



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Guillaume et Adrien



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Thomas



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37 - Stands



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37



4 heures de Villeurbanne 2020 - ATK Team #37