jeudi 25 août 2016

Sportwin Circuit de Bresse 2016, épisode 2

Les vainqueurs du dimanche

La suite, en photos !
Un autre épisode est en préparation.
Stay tuned ! (reste branché!)


Contrôle de la pression à chaud




Bricolage en prégrille ! (freinage d'écrous...)













161 ;-)



Pascal Tosi, Ducati 748/1100





Axel Debiolle, Kawasaki ER-6




Christian Souchon, Ducati 916/1100




William "torpedo" Ruelle, Harley-Davidson XR1200




William "torpedo" Ruelle, Harley-Davidson XR1200





Thierry Blasco, à droite: "si tu gagnes, je traverse le paddock à poil !"



Loïc Boirin #122




Florian Boirin #121




Séance de concentration pour Stevens Zabiolle-Souply




Yannick Lolliot en prégrille




Ludovic Hanon, en prégrille

















Thomas Marchis, Suzuki SV650




Stevens Zabiolle-Souply, Ducati 748/796

mercredi 24 août 2016

Sportwin Circuit de Bresse 2016

 
Thomas Brossier #91 Kawasaki ER-6 "Stocktwin"


Circuit de Bresse (Louhans / Frontenaud 71) weekend des 19, 20 et 21 Août 2016.

Il fallait que je confirme ces sensations entr’aperçues au tout début du mois d'avril dernier, lorsque je me suis rendu sur le circuit de Ledenon  pour l'ouverture des Coupes de France Promosport. [Pour rappel, tu peux suivre le lien suivant : CLIQUE ICI ]

Il fallait que je retourne voir ça et, si possible, sous une météo plus clémente (Ledenon avait essuyé un "épisode Cévenol", la pluie et le vent n'avaient pas permis de courir les finales) 

Mamy ZRX et moi  sommes arrivés le vendredi en cours de journée pour assister aux derniers essais libres.
Le Promosport concentre plusieurs catégories, classées par cylindrées : 400cm3, 500, 600, 1000 ainsi que la Coupe Sportwin. Ce weekend les side-cars n'étaient pas conviés.
 
Lors de ma première prise de contact dans le Gard, j'avais été touché par les différentes ambiances qui clivent un peu le paddock. Il y a, pour chaque catégorie, un classement en jeu, la possibilité d'accéder à la course selon plusieurs points de vues. 
Beaucoup restent concentrés et visent un titre, une place ou bien sûr la victoire. D'autres veulent simplement participer et faire bonne figure.  De petits groupes se forment, des clans apparaissent. Le paddock est constitué par catégories et par affinités. L'heure est à la concentration. 
Là où je veux en venir, c'est que malgré une camaraderie affichée, elle est parfois de façade (selon l'enjeu, même si on est ici en parfait amateur)
Partout ? Non !  Car au milieu de cet étalage de puissance, de course à l'armement mécanique et technologique subsiste un village d'irréductibles : le Sportwin Club
Orchestrée par son président Thierry Duc, lui même épaulé de Sandra (infatigable "responsable administrative") réunissant des motos exclusivement bicylindres, la Coupe Sportwin fédère une trentaine de pilotes sur la saison autour de ce type de mécanique et, surtout, autour d'un état d'esprit différent des autres championnats. 
Peut-être un côté plus "bohème", en tous cas beaucoup plus typé "continental circus" ou de l'idée que l'on s'en fait. La Coupe Sportwin est ouverte aux compétiteurs "loisirs" (ce qui ne veut pas dire "dilettante" hein? attention !)
En dehors d'un inévitable -et véritable- sérieux relatif à la sécurité en piste et à la préparation des motos, il règne dans ce coin de paddock une ambiance potache assumée qui tranche franchement avec celle que l'on trouve à quelque mètres de là, chez les jeunes loups des catégories plus "sportives".
Et c'est un vrai plaisir ! 
La moyenne d'âge est peut-être un peu plus élevée (malgré la présence de plusieurs trentenaires ;-) ) ce qui joue sur la manière d'aborder la course et ses aléas. Au sein de ce village les conseils en matière de pilotage valent autant que les accords des mets et des vins fournis (avec modération) par chaque participant... 
La plupart d'entre eux n'ont plus rien à prouver et, si les tensions et l'esprit de compétition demeurent en piste, ils sont lissés le soir autour d'une tablée. Chacun à sa façon rejouera le film de la course avec de nombreuses anecdotes et autres explications plus ou moins flatteuses ... Le tout dans l'hilarité générale. C'est un véritable exutoire !
Surtout comme ce weekend, ou chacun était prié de participer à "l'apéro des régions", le traditionnel rendez-vous annuel sur le circuit de Bresse pour le Sportwin Club et ses membres. Il s'agit d'un diner ou chacun apporte une spécialité de sa région... 
C'est aussi l'occasion de se déplacer en famille. Les enfants étaient nombreux en cette période de vacances. Les pilotes locaux ont pu également faire venir leurs sponsors et partenaires. 
Pour ma part j'y ai rejoins Thomas, qui pilote sa Kawasaki Er-6 en "stocktwin" aux couleurs de l'atelier SPECK MOTOS. Celui-ci était accompagné d'Amandine et de leur fils Gabin, roi des pitreries en draisienne GSX-R ;-)
Je les remercie encore de m'avoir permis de poursuivre mon exploration de la course de l'intérieur.

Tout ce petit monde avaient posé camions, tentes et caravanes pour former une sorte de périmètre réservé. Les servantes à outils en places, les tapis "biologiques" aussi. les cantines pleines, les barbecues (au gaz) branchés, les bouteilles au frais. 
Ce weekend il n'y a pas eu de tergiversations concernant les pneumatiques. Si les essais libres ont eu lieu sur le sec vendredi, la journée du samedi a vu les qualifications du matin puis la course de l'après midi se dérouler sous des trombes d'eau. Pas d'erreur : les pneus "pluie" étaient de rigueur.
Au contraire, dimanche le soleil est revenu toute la journée. Les pneus "secs" se sont donc imposés. Le beau temps a remis du baume au cœur de la catégorie, qui en a soupé des courses sous la pluie, nombreuses cette saison. 

N'en reste pas moins de truculentes anecdotes, des bribes de conversations surprises de ci-delà autour de pseudos soucis mécaniques ou de réglages ... 
Les pilotes en proie au doute sur ces points sollicitent volontiers leurs concurrents (et néanmoins amis) pour confirmer ou infirmer tel ou tel point de vue: "Comme il pleut j'ai assoupli la fourche, j'ai dévissé d'un tour". "Ah? ...moi j'ai dévissé de six car je trouve que ça me va mieux!" "La vache ! Six tours?!" (grattage de tête, puis grattage de barbe...) "Mouais, je vais en enlever encore deux, ça devrait aller"
Ou alors... (regards dans le vague) "Qu'est-ce qu'on oublie? l'essence: c'est bon, les amortos: c'est bon, les bouchons du sabot: c'est bon ... M...!!! les pressions !  Combien on met dans ces pneus ?"  "Ok, c'est sur le tableau attends... Alors, les Avon c'est tant, les Michelin c'est tant... t'as monté quoi ?"  "Heu... je crois que ce sont des Dunlop !"  "Ah bah Dunlop j'ai pas ..." "Boah, ils ont l'air bien non ?"
Ne crois pas que cela empêche nos amis de se jeter dans l'arène. C'est fins prêts qu'ils arrivent en prégrille pour effectuer le tour de reconnaissance, puis le tour de chauffe avant de se positionner sur la grille départ.

Je ne vais pas t'assommer avec les résultats. Bien sûr, tu sauras que Martial Bellut et son proto sur base Suzuki SV survole les débats et s'impose deux fois en Twinfast, et que Thomas a fini deux fois quatrième en stocktwin, ce qui est certes un peu rageant. Axel quant-à lui a atteint la troisième marche du podium samedi sur le mouillé...première coupe en deux ans de courses ! Bravo !

Pour rappeler que la course n'est pas toujours une promenade de santé, il faut noter que samedi sur le mouillé, William a "doucement" posé sa Harley Davidson XR1200 dans les graviers en bout de ligne droite, sans mal, et a pu repartir.
La pluie n'a pas réussi non plus à Diego, qui a chuté au guidon de la superbe Protitipi Pagani, se cassant une côte au passage. 

Dimanche c'est Yannick qui a chuté lourdement au guidon de sa Ducati, nécessitant une hospitalisation d'urgence, son pronostic vital n'étant pas engagé.
Je leur souhaite à tous deux un prompt rétablissement !

Donc tu l'as compris, ce coin de paddock, le Sportwin Club, résiste encore et toujours à l'envahisseur, fut-il casqué, porteur de la morosité du compétiteur moderne...

C'était mieux avant ? Pas sûr ! il faut juste garder à l'esprit que le plaisir de piloter une moto est certes individuel mais ne vaut que si on peut le partager ensuite, avec des personnes capables de ressentir les mêmes choses pour les vivres ou les avoir vécues... 

Ah ! alors ? j'ai bon ? Quelle question ! Je m'envoie des fleurs, mais en y réfléchissant bien, tu verras qu'il n'y a pas vraiment d'autre conclusion possible.

Génial ! En plus, j'ai pris des wagons de photos ... voici donc le premier de plusieurs épisodes...

Enjoy !


Le paddock


Thomas et Vincent aux prises avec un pneu récalcitrant




Yannick se bourre lors des essais vendredi ? Une ola s'impose !




Martial Bellut #21, devance son papa Frédéric #13, les deux sur Suzuki



Laurent Morelle remonte une roue... (proto base Suzuki SV)




Philippe Negrel monte les "pluie" sur les jantes de son Ducati 750SSie




Christian Souchon règle la fourche de sa Ducati 916/1100




Thomas se demande si ce pneu fera les qualifs ...




Pendant ce temps Gabin bricole ...




Chef Jacky cuisine des "râpés" du Forez ...  et cherche une "cuisinière" pour les déguster et plus si affinité ... ;-)



Michael Battistel #113 Kawasaki ER-6 et Jonathan Liebnau #29 Suzuki SV650




Le président du Sport Twin Club > Thierry Duc




Sandra, l'âme damnée du président, irremplaçable !



Sportwin Club, l'apéro des régions



Sportwin Club, l'apéro des régions



Yannick Lolliot deuxième de la finale 1 sur Ducati 749/ST3 et son fils





Podium Stocktwin finale 1 (de gauche à droite) Loîc Boirin, Ludovic Hanon et Axel Debiolle




Pascal Tosi, Ducati 748/1100




Regis Le Breton Ducati 1078/Pierobon F042




William Ruelle, Harley-Davidson XR1200




Martial Bellut sur son Proto Suzuki




Axel Debiolle #133 Kawasaki ER-6




Ludovic Hanon #94 Kawasaki ER-6



Diego Calzavara, Prototipi Pagani SP1




Florian Boirin #121 Suzuki SV 650




Yannick Lolliot #8 Ducati 749/ST3




Maxime Duret et Tom. Ducati 1098/1100




Thomas Brossier #91 et Nora, sa nièce/umbrella girl ;-)




Laurent Morelle et ses garçons jettent un oeil à la piste depuis le toit du camion (c'est plus simple parait-il)


A suivre ! :-)